Bibliographie Stendhalienne Ventes 2015

Monsieur Jacques Houbert a enrichi la Bibliographie 2015 du site Stendhal d’une très complète rubrique “ Bibliographie Stendhalienne Ventes 2015” (Format pdf) répertoriant de façon très précise l’ensemble des ouvrages ou manuscrits passés en vente dont il a eu connaissance au cours de l’année 2015.

L’année Stendhalienne N° 14

L’année Stendhalienne N° 14

CHAMPION

Stendhal au Japon II. Hommage à Shoichiro Suzuki
Études réunies par Keiko Sugimoto
Stendhal au tournant du 1830
Études réunies par Philippe Berthier
Jean Prévost – Varia

1 vol., 432 p., broché, 15 × 22 cm
ISBN 978-2-7453-3004-8
CHF 60 ht / 60 € ttc

Jean Mélia, La Vie amoureuse de Stendhal (1909)

Jean Mélia

La Vie amoureuse de Stendhal (1909)

Préface de Thierry Ozwald, Paris,

Eurédit, 2015 (Reprint, 1re éd. Mercure de France, 1909), un vol. de XXXVIII-426 p.

ISBN : 978-2-84830-206-5. Prix public France : 76 € ttc

Le livre de Jean Mélia, refonte d’un précédent ouvrage publié en 1902 chez Chamuel & Cie intitulé précisément Stendhal et les femmes, date de 1909, époque où la critique stendhalienne était encore balbutiante et où l’œuvre de Stendhal commençait à sortir de son purgatoire. Il a, on peut le supposer, permis aux commentateurs ultérieurs d’échafauder toutes sortes d’hypothèses psychocritiques, d’esquisser même une lecture psychanalytique de Stendhal ; le fait est que, sans pratiquer encore le culte de la textualité narratologique ni ériger en dogmes quelques manies qu’on dira pompeusement « structuralistes », sans être inféodé non plus, précisément, aux grands concepts psychanalytiques qui se feront jour quelque temps après et auront tendance à réduire l’œuvre littéraire à une mixture indigeste, le livre de Jean Mélia sur La Vie amoureuse de Stendhal permet, en vertu de la méthode claire et synthétique qu’il adopte, de se faire une idée assez précise et fiable des rapports qu’entretenait Stendhal avec les femmes. La plupart des liaisons de Stendhal sont ici répertoriées et « classées » : le chercheur comme le stendhalien dilettante disposeront ici d’un outil intéressant et d’une « base de données » des plus commodes.

Colloque Stendhal en mouvement

Colloque Stendhal en mouvement

Fondation Singer-Polignac

10 et 11 décembre 2015

43 avenue Georges Mandel
75116 Paris

https://www.singer-polignac.org/fr/missions/lettres-et-arts/colloques/1259-stendhal-en-mouvement

 

Programme

Jeudi 10 décembre

9h30 – accueil et inscription des participants

10h – Ouverture de la première journée

Présidence : Béatrice DIDIER, École Normale Supérieure

11h – Pause café

13h-14h – Buffet-déjeuner

Présidence : Philippe BERTHIER, Sorbonne Nouvelle

15h30 – Pause café

17h30 – Clôture de la première journée

Vendredi 11 décembre

9h30 – accueil et inscription des participants

9h45 – Ouverture de la seconde journée

Présidence : Jean-Jacques LABIA, université Paris Ouest Nanterre

11h15 – Pause café

13h15 – Clôture du colloque

Stendhal il Milanese di Grenoble

Stendhal il Milanese di Grenoble

M. MIGLIORETTO – B. PELLEGRINO

 MilanoExpo, LittleItaly srl, 2015 (Coll. “Itinerari Meravigli”), ,ill., p.  144

http://www.meravigliedizioni.it/collane/itinerari-milanoexpo-collana/stendhal-il-milanese-di-grenoble-descrizione.html

Stendhal il Milanese di Grenoble

Michel CROUZET Stendhal: Héroïsme, Nation, Religion

Michel CROUZET

Stendhal: Héroïsme, Nation, Religion

Paris, Eurédit, oct. 2015, 399 p.

Table des matières:

HEROÎSME

Mme de Rênal ou la tendresse héroïque
Mathilde de La Mole ou la décadence moderne de l’énergie passionnelle
La guillotine, n’est-ce que ça ?
Le banquier stendhalien
Stendhal, Maine de Biran et l’énergie

NATION

Stendhal  et la nation

RELIGION

Stendhal, la Mort de Dieu et le génie du catholicisme
Le ciel et la terre chez Stendhal

Ces études ont déjà fait l’objet , ou seront l’objet, d’une publication partielle ou totale dans HB Revue internationale d’études stendhaliennes  (2011-2012, 2014, 2015, 2016) et dans Relire « Le Rouge et le Noir » (Classiques Garnier, « Etudes dix-neuviémistes », n° 19, 2013)

Stendhal et l’héroïsme au féminin

STENDHAL  ET L’HÉROÏSME AU FÉMININ
Actes du colloque de Paris-Sorbonne
29-30 mars 2013
Études réunies et  présentées par Michel ARROUS

Paris, Eurédit, septembre 2015, 240 p.

INTRODUCTION
par Michel Arrous

Le courage des héroïnes dans le roman stendhalien
par Pierrette Pavet

Armance : éléments pour une typologie de la femme
par Brahim Karoui

Les mots d’Armance : notes pour l’analyse d’un discours au féminin
par Maria Vicenta Hernández Álvarez

Le « projet héroïque » d’Armance de Zohiloff
par Sascha Luethy

L’héroïsme au féminin à l’opéra
par Béatrice Didier

Héroïnes héroïques : Stendhal et Balzac
par Max Andréoli

Mina de Vanghel : un conte qui finit mal
par Suzel Esquier

Les héroïnes de Stendhal : contrepoids aux passions démocratiques
par Bérénice Levet

Madame de Rênal ou la tendresse héroïque
par Michel Crouzet

De Lamiel, ou l’éternel héroïque féminin
par Thierry Ozwald

Héroïnes espagnolistes : Suora Scolastica et Eugenia Palafox
par Andrée Mansau

« Je te laisse avec la plume mais pas avec le cœur… »
La correspondance de Giulia Rinieri de’Rocchi avec Giulio Martini
par Barbara Innocenti

La musique dans la pensée et dans l’oeuvre de Stendhal et de Nerval Opiela Anna

La musique dans la pensée et dans l’oeuvre de Stendhal et de Nerval

Opiela Anna

CHAMPION
http://www.honorechampion.com/fr/champion/9034-book-08532869-9782745328694.html

Inscrite dans le domaine du comparatisme interdisciplinaire, cette étude tente de définir le rôle de la musique chez Stendhal et Nerval, écrivains romantiques dotés d’une sensibilité musicale particulière. Pour placer des oeuvres analysées dans le contexte de l’époque et dans le champ des études musico-littéraires, la première partie du livre est consacrée à la présentation du fond philosophique (avec une place forte qu’occupe l’idéalisme allemand et l’idée de la synthèse des arts), et à la revue des stratégies méthodologiques traditionnelles et actuelles. La notion de partition littéraire, conjuguée aux méthodes de la critique thématique et structurale, a servi, dans les parties II et III de l’étude, à analyser les textes de Stendhal et de Nerval. Ayant présenté les sources distinctes de leur intérêt musical et le thème de la musique inscrit dans le temps-espace romanesque, on a examiné les manières dont la musique est transposée au niveau du style et de la structure du texte.

Anna Opiela, docteur ès lettres, est maître de conférences dans l’Institut d’Études romanes à l’Université de Varsovie. Elle a publié des articles sur la musique chez les écrivains français et participé aux colloques dans plusieurs pays (Pologne, République tchèque, Hongrie, Belgique).

60,00 €

Collection ROMANTISME MODERNITE
Format 15,5 X 23,5 CM
No dans la collection 0160
Nombre de volume 1
Nombre de pages 336
Type de reliure BROCHÉ
ISBN 9782745328694
Date de publication 25/08/2015
Lieu d’édition PARIS
Indic. sur auteur original NERVAL STENDHAL

Les Privilèges de Stendhal traduit en néerlandais par Leo van Maris

LES PRIVILÈGES de Stendhal
traduit en néerlandais par Leo van Maris
21 x 26 cm, 20 p, 120 exemplaires, 6 juillet 2015
€ 20
URL: http://www.hofvanjan.nl

image001

Frontispice: linogravure de Pita Snoeck

image004

Stendhal: bonheur et mélancolie

STENDHAL AUJOURD’HUI
H B Revue internationale d’études stendhaliennes

COLLOQUE INTERNATIONAL
18 et 19 mars 2016
Université Paris-Sorbonne-Paris IV

STENDHAL : BONHEUR ET MÉLANCOLIE

 

À la différence des « philosophes chagrins », Stendhal n’a cessé de réfléchir à « ce son si rare nommé bonheur » et à une méthode pour l’atteindre et le pratiquer comme un art de vivre procurant un équilibre moral à qui sait « se rendre indépendant des circonstances », à qui sait tirer le maximum de profit de tout événement et garder intact le sentiment des choses que la haine, la jalousie ou l’envie corrompent. On pensera au bonheur des « délicieuses rêveries » sur l’Arioste et La Nouvelle Héloïse, à l’aptitude du sujet sensible conscient de son bonheur, alors le bonheur devient moyen de connaissance – le Beyliste formule une science du bonheur dont le premier impératif est d’être soi −, aussi bien qu’à sa dimension politique (laissez-nous être ce que nous sommes). Au bonheur que l’on conquiert on doit ajouter le bonheur intime du ravissement silencieux devant les luoghi ameni, quand le souvenir du bonheur de vivre se mue en bonheur d’écrire.
Si le bonheur est d’abord une présence heureuse à soi et au monde, son secret ne serait-il pas d’inclure une dose de malheur ? Pour Stendhal, comme il y a une composante mélancolique de la beauté, il y aussi une composante mélancolique du bonheur : au risque d’être nul, le bonheur ne peut être pur. Se retrouve chez lui, héritée du XVIIIe siècle, une pensée du bonheur que double une pensée de l’inquiétude ou de l’incomplétude. La théorie des tempéraments de Cabanis qui rattache l’inquiétude au caractère mélancolique, Stendhal se l’approprie et fait de la mélancolie la condition du génie. Son beau idéal moderne, sa théorie des passions et, plus généralement, son esthétique et sa conception du romanesque sont sous le signe d’une mélancolie sans emphase ni narcissisme, une mélancolie qui n’empêche pas de vivre avec énergie.
On explorera les configurations de cette double topique dans l’œuvre de Stendhal.

Proposition de communication à adresser par courriel avant le 9 janvier 2016, à :

Michel Crouzet : mj.crouzet@wanadoo.fr
Michel Arrous : michel.arrous@gmail.com
ou Didier Philippot : philippot.didier@wanadoo.fr