Stendhal et le désenchantement du monde Stendhal et l’Amérique II Michel Crouzet

Michel Crouzet
Stendhal et le désenchantement du monde
Stendhal et l’Amérique II

Pour Stendhal, le monde moderne est un objet d’adhésion et de refus : au centre du problème, déjà esquissé dans Stendhal et l’Amérique, il y a la pensée utilitaire, axe de la modernité, que Stendhal adopte car elle congédie le vieux monde de la métaphysique. Mais l’analyse proprement romantique de ses finalités ou résultats, le triomphe du principe triste, la non-vie économique, la barbarie du travail, le vide de l’argent, la mécanisation de tout, confirme une chute du désir et donc de la civilisation.
Michel Crouzet, professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne, a montré dans Stendhal et l’Amérique que l’univers américain est pour lui la modernité; il la comprend d’autant mieux qu’il admet lui-même le système utilitaire, consubstantiel à la modernité ; mais sa critique, spécifiquement romantique, de l’économie, du travail, de l’argent, de la technique, du narcissisme n’en est que plus radicale.

ÉTUDES ROMANTIQUES ET DIX-NEUVIÉMISTES
sous la direction de Pierre Glaudes et Paolo Tortonese
Série Stendhal, no 2, dirigée par Xavier Bourdenet

Classiques Garnier

http://www.classiques-garnier.com/editions/

No 19, 720p., 16 x 24 cm, 49€ TTC ISBN 978-2-8124-0311-8

49 euro

0 Responses to “Stendhal et le désenchantement du monde Stendhal et l’Amérique II Michel Crouzet”


Comments are currently closed.