Vente Berès de manuscrits stendhaliens

Vente Berès de manuscrits stendhaliens

Stendhal à Drouot

Le 20 juin, salle Drouot, au cours de la vente du « cabinet » de livres de Pierre Berès, seront mis aux enchères cinq « cahiers » autographes du Journal de Stendhal et l’exemplaire interfolié de La Chartreuse de Parme, dit « exemplaire Royer » où Stendhal esquissa la réécriture de son roman selon les avis de Balzac. Ce jour-là se dispersera un des plus extraordinaires ensembles de livres et de manuscrits précieux qui soient encore en mains privées. Le grand libraire Pierre Berès s’est résolu à se séparer de sa collection personnelle, que naguère encore il entendait conserver jusqu’à son dernier souffle. Or, c’est bien de « conserver » qu’il s’agit. Entre les mains de ce grand libraire ce véritable trésor patrimonial national, réuni au cours d’une longue vie, restait à l’abri de la dispersion, de l’éparpillement à travers le monde.

Cette vente, programmée plus tôt que ne le laissait prévoir naguère l’exposition, partielle, de Chantilly représente pour le monde de la bibliophilie française, collectionneurs privés mais surtout responsables du Patrimoine, de la Direction du livre, collectivités locales concernées, un redoutable défi : éviter le déménagement du patrimoine à partir de la vente d’objets hautement symboliques et d’une valeur incomparable.

Pour nous, lecteurs et admirateurs de Stendhal, elle nous place devant le choix crucial entre un renoncement insupportable ou l’acquiescement à une obligation morale demandant des moyens astronomiques : sauvegarder notre patrimoine littéraire en obtenant l’entrée de l’exemplaire Royer à la Bibliothèque Nationale et en rendant ces cinq cahiers, qui en furent disjoints jadis dans des circonstances mal établies, au fonds des manuscrits de Stendhal de la Bibliothèque municipale de Grenoble..

Si l’exemplaire Royer, selon les usages établis entre la BN et Grenoble, devrait faire l’objet d’une préemption par la BNF, il n’en va pas de même des cahiers. Ceux-ci ne constituent pas en effet à eux seuls ce « splendide Journal, l’un des derniers grands manuscrits littéraires français en mains privées » qu’on annonce, pas plus qu’ils ne constitueraient un « ensemble structuré ». Ces 335 feuillets, qui s’échelonnent de 1806 à 1814, ne sont que des fragments du Journal autographe de Stendhal, éparpillé parmi les 16000 feuillets du seul « ensemble structuré » qui puisse être reconnu comme tel, le Recueil factice de ses papiers, avec ses trente volumes des cotes R 5896 et R 302 de la Réserve, légués à Grenoble en 1861 par la veuve de L. Crozet, ami de Stendhal et maire de Grenoble, en même temps que les grands manuscrits autographes de la Vie de Henry Brulard, Lucien Leuwen, Vie de Napoléon, Souvenirs d’égotisme, Lamiel… La procédure en usage en matière de préemption demande donc que la ville de Grenoble, conservatrice du fonds, s’en porte acquéreur, avec l’aide du département et de la région, pour obtenir l’intervention décisive de l’état.

Grenoble et les Grenoblois, malgré le prétendu contentieux avec leur « concitoyen » n’ont cessé depuis l’autre siècle d’entretenir et d’enrichir ce dépôt, continûment et systématiquement, sur les deniers de la ville et quelquefois sans aide aucune. Ainsi le « Fonds Crozet » s’est-il enrichi, et récemment encore, de plusieurs milliers de feuillets, sans parler d’exemplaires annotés de sa main de ses propres œuvres ou d’auteurs divers.

Ils ne peuvent donc pas, aujourd’hui, ne pas se sentir sommés de poursuivre cette tâche en réintégrant ces cahiers à leur fonds d’origine. Cela rendrait au Journal son intégrité et en autoriserait une édition définitive, le texte de ces cahiers n’étant encore connu que par une recension aujourd’hui fort ancienne et sujette à caution. Grenoble et les stendhaliens ont à prendre leur part à cette mission d’intérêt général.

Mais si la ville et ses partenaires se résolvaient à la charge financière que cette mission implique, l’actuelle envolée des prix du marché, maintenant spéculatif, des manuscrits littéraires place ces cinq cahiers hors de toute portée. Un investissement de l’ordre de 700 à 900 mille euros (fourchette de l’expertise actuelle, hors frais de vente) est d’une hauteur exorbitante au regard des possibilités d’une ville, d’un département, d’une région même dont la nouvelle répartition des charges entre l’Etat et les collectivités locales a sensiblement réduit les marges de manœuvre. Faire appel au « mécénat » privé ? En si peu de temps ? La situation fait craindre, hélas !, une mutilation définitive du Journal par la fuite de ces cahiers hors de nos frontières ou, pire, par leur revente « à la découpe » par quelque antiquaire indélicat.

Grenoble qui depuis plusieurs mois — la coïncidence est rude —, entreprenait une réhabilitation coûteuse du patrimoine stendhalien, voit s’ajouter cette charge ; le département et la région ne peuvent se substituer à elle. Seule une mobilisation de toutes les énergies, de tous les services, de tous les partenaires privés, institutionnels, individuels, collectifs, économiques… pourrait permettre qu’à l’occasion de cette vente ne recommence pas pour notre patrimoine littéraire ce qui se produisit après 1860 pour la peinture française.

Pour notre part nous appelons à agir pour assurer la « conservation » à tous les sens du terme du patrimoine stendhalien, des manuscrits d’un écrivain, mieux même, d’un penseur de notre modernité qui reste une référence de Londres à Melbourne, de Moscou à Houston ou Rio. On a pu trouver, malgré un prix astronomique, les moyens de retenir en France, à la Bibliothèque Nationale, le manuscrit du Voyage au bout de la nuit. Acquérir un document de la valeur de l’exemplaire Royer et restaurer l’intégrité du Journal autographe de Stendhal méritent bien la même détermination.

Nous demandons d’abord le classement de ces deux ensembles comme trésors du patrimoine national,

nous demandons de rechercher comment réunir en temps utile les moyens de leur préemption.

Première signatures Michel Crouzet, Béatrice Didier, Gérald Rannaud, Philippe Berthier, Mona Ozouf, Jean Lacouture, Paul Hamon…

On peut consulter la liste des premières signatures à l’adresse: http://www.association-stendhal.com/signatures.htm

Les soutiens et signatures peuvent être envoyés à

Association Stendhal

La Bouquinerie

9 Bd Agutte-Sembat

38000 Grenoble

ou par e-mail : contact@association-stendhal.com

0 Responses to “Vente Berès de manuscrits stendhaliens”


Comments are currently closed.