Monthly Archive for mai, 2012

Michel Crouzet M. Myself ou la vie de Stendhal Nouvelle version

Michel Crouzet
M. Myself ou la vie de Stendhal
Éditions KIME
Nouvelle version
ISBN 978-2-84174-588-3
2012  728 p. 30 €

Cet ouvrage, publié en 1990, puis en 1999, sous un titre un peu différent et chez un autre éditeur, a été l’objet d’un travail de révision, il tient compte des découvertes stendhaliennes les plus récentes ; elles concernent la période impériale, le travail de l’auditeur au Conseil d’État est maintenant mieux cerné, et la période consulaire, dont un aspect capital a été négligé : le malheur profond de Stendhal, victime sans doute de la malveillance et de la bêtise de la Monarchie de Juillet. Cette nouvelle version s’efforce aussi de tenir compte avec plus de cohérence du principe héroïque qui soutient la vie même de Stendhal. « La vie d’un homme est son image », a dit Gide en 1892, « l’écrivain doit non pas raconter sa vie telle qu’il l’a vécue, mais la vivre telle qu’il la racontera » ; sa vie est « le portrait idéal qu’il souhaite ». Stendhal a-t-il jamais pu lui-même faire le récit de sa vie sans la romancer, sans l’élever à un certain niveau de tension romanesque ? Il faut bien admettre que sa vie doit être considérée comme son premier roman. Romancier au nom d’un romanesque premier, spontané, il est son premier personnage de roman, il invente des personnages conformes à son désir. Que veut-il ? Être soi, l’Unique soi-même, l’homme différent qui fonde l’héroïsme proprement moderne de la particularité absolue et du Moi pur : à la fois public et visible et déjà légendaire de son vivant, et caché par ses multiples visages, ses rôles variés à l’infini, ses réincarnations qui ont fait de lui une énigme. Qu’est-il encore, sinon l’homme du désir, l’éternel amant, son existence et son œuvre sont une immense et continuelle déclaration d’amour ; et toutes celles ou presque qui ont été faites par cet homme dont l’Éros a fait le destin et l’inspiration furent ratées.

Stendhal Les Cenci

STENDHAL
Les Cenci
L’Herne

2012
76 pages
ISBN: 9782851972446
9,50 euros

Stendhal a tiré une nouvelle remarquable d’un épisode tragique de la vie des Cenci, grande famille patricienne romaine qui disait compter dans sa parentèle le consul romain Crescentius et qui donna à la papauté un certain nombre de grands serviteurs.
La figure la plus connue de la famille fut Francesco (ou François), qui défraya la chronique judiciaire de la fin du XVIe siècle, sous le pontificat de Clément VIII. Un véritable tyran, corrompu et cruel.
Il eut quatre fils et deux filles, dont Béatrix (ou Béatrice), auxquels il infligea toutes sortes de sévices, en particulier l’inceste. Aidée de deux de ses frères, de sa soeur Lucrezia et de sa belle-mère, Beatrix fit assassiner son père par des sicaires. Accusés de parricide, ils furent condamnés à l’échafaud par la justice du pape (malgré le crime d’inceste perpétré par le père sur sa fille) et exécutés le 11 décembre 1599. À l’exception du benjamin, qui fut envoyé aux galères, après avoir du assister au supplice des siens. Béatrix, surnommée la « belle parricide », devint une véritable icône pour la foule romaine.
Leur histoire a inspiré nombre de peintres et d’écrivains, en particulier romantiques, de Shelley à Artaud en passant par Dumas.
Le traitement stendhalien de l’affaire insiste particulièrement sur la dimension instinctive des personnages (beaux spécimens de la « plante humaine », dira-t-il), indifférents à l’hypocrisie sociale. Mais aussi sur la révolte et le courage de Beatrix Cenci dressée contre un père qui est une sorte de Don Juan sans scrupule.