Monthly Archive for avril, 2008

CD La Chartreuse de Parme Lu par Guillame Gallienne

 

Stendhal

La Chartreuse de Parme

Lu par Guillaume Gallienne

image004.png

1 CD, 25,00 €
Éditions THELEME
1 CD – MP3 – 8h 10 d’écoute
TEXTE ABRÉGÉ

La Chartreuse de Parme a pour décor l’Italie si chère à Stendhal. La Sanseverina possède toutes les dimensions de la femme amoureuse et objet d’amour passionné, tandis que le héros, Fabrice del Dongo, est un enfant béni des Dieux, mais son esprit fougueux et son âme sentimentale vont mener à un destin tragique.

Collection Littérature

N°843 / ISBN : 2878625404

 

RAPPEL

STENDHAL

Le Rouge et le Noir

LU PAR MICHEL VUILLERMOZ

image006.gif

1 CD – MP3 – 6h 20 d’écoute
TEXTE ABRÉGÉ

Le Rouge et le Noir est l’un des romans français les plus connus et les plus traduits. L’histoire de Julien Sorel dont la sensibilité oscille entre le sublime de la religion et la gloire militaire sera finalement guidée par les femmes et le hasard des rencontres.

N°842 / ISBN : 2878625390

Familles Gagnon

Fondateur de l’Association des Familles GAGNON de France en 1988, Claude Gagnon prépare actuellement le 3e tome du livre « Gagnon, Gaignon, Gangnon de France » consacré pour un tiers, soit une centaine de pages, à STENDHAL, sa famille maternelle GAGNON, et aux Gagnon (Gaignon, Ganhoni, Gagnoni) de Provence, du Comtat Venaissin, du Languedoc et du Roussillon.
Les deux premiers tomes de ce livre ont d’ores et déjà été déposés à la Bibliothèque municipale « Lyautey » de Grenoble en 2006, faisant suite à l’envoi en 2004, aux Fonds « STENDHAL » et « Dauphinois », du fascicule « Gagnon de Provence et du comtat Venaissin ».

Stendhal, les romantiques et le tournant de 1830

Stendhal, les romantiques et le tournant de 1830

Actes du colloque international de Paris 10-11 mars 2006

Études réunies par Michel Arrous

Paris, Eurédit, 2008, 14×20,5 cm, 234p.

ISBN: 2-84830-109-0

Prix public France 45 euros ttc

image003.png

1830 fait date. Année qui a vu se correspondre une révolution politique et une révolution littéraire. Quels rapports s’établissent alors entre la crise sociale et politique et la mise en question d’une littérature en proie à un deuxième « mal du siècle » ? Cette littérature du désenchantement -qui ne regroupe pas que des désillusionnés – est une littérature de la crise (Le Rouge et le Noir; La Peau de chagrin); elle se régénère par l’ironie – le « je ne sais quoi d’ironique et de narquois » décelé par Balzac dans le roman de Stendhal – aussi bien que par la dénonciation des excès du Romantisme venue d’un aîné et d’un inspirateur comme Nodier, ou par la parodie et, surtout, le renouvellement des thèmes et des formes. Cette littérature de la crise est la marque du « Romantisme de 1830 ». On a voulu la saisir et la comprendre à partir de Stendhal, en amont mais aussi au-delà de lui, en suivant le « tremblement » de Juillet jusqu’aux années 1835-1836. L’attention s’est portée sur les grands textes représentatifs et sur le récit excentrique, sur le regain de la nouvelle et du récit bref et, nécessairement, sur l’école du désenchantement dont l’interrogation permet de mieux situer ce deuxième Romantisme, à partir, entre autres exemples, du constat et des postulations d’un Balzac à la recherche d’un Romantisme critique de la réalité post-révolutionnaire. Sans exclusive aucune, ni de genre (nouvelle, roman, théâtre, opéra, caricature), ni de perspective ou de méthode, en convoquant toutes les spécialités (littérature, philosophie, histoire, histoire de l’art).