Monthly Archive for novembre, 2007

Le Monde des livres

Le Monde des livres daté du 22 novembre 2007 consacre un article à l’édition des Oeuvres romanesques complètes II de Stendhal dans la Bibliothèque de la Pléiade

Stendhal, romancier politique
LE MONDE DES LIVRES | 22.11.07

© Le Monde.fr

Ainsi que Le Point du 22 novembre à l’adresse:

http://www.lepoint.fr/content/litterature/article?id=211213

Souriez à l’amour

« Souriez à l’amour »

C’est ce à quoi nous invite dans un duo, le plus sublime de tout l’opéra français, d’un autre H.B. né dans les environs de Grenoble et contemporain d’il nostro. Nous pouvons effectivement avoir le sourire : un fragment du manuscrit de De l’Amour entre dans les collections de Grenoble. Il s’agit du N° 170 des « Fragments divers » qui, quoique rédigé en 1820, ne figurait pas dans l’édition originale de 1822. Retrouvé par Romain Colomb dans les papiers de son cousin, il a été publié par lui pour la première fois dans l’édition Michel Lévy de 1853 (p. 297). J’ai pu en examiner l’autographe avant la vente et compte le publier, accompagné de quelques commentaires, dans la livraison de L’Année stendhalienne 2008. La prochaine édition de De l’Amour en cours de préparation par Xavier Bourdenet chez Garnier-Flammarion en intègrera bien entendu les variantes relevées. Passé en vente chez Christie’s Paris le 20 novembre, le précieux document a été heureusement préempté par la Bibliothèque de Grenoble. (Jacques Houbert)

Séminaire Lectures et lecteurs de Stendhal

Séminaire Lectures et lecteurs de Stendhal organisé par

Centre d’études stendhaliennes et romantiques (Traverses 19. 21 )
Ecole Normale Supérieure (Paris)
Fondation Primoli (Rome)
Avec la collaboration de la Faculté de Lettres de l’Université de Pise

Séance à Grenoble le jeudi 29 novembre
A 14h30 en C008 ( salle de la BUFR)

Au programme :

Cécile Meynard (Université Stendhal) : Stendhal et Histoire d’Espagne : un exemple du passage de la lecture de Mémoires à l’écriture historique

Jacques Dubois (Université de Liège) Présentation de son ouvrage : Stendhal : une sociologie romanesque

Victor Brombert Stendhal: Roman et liberté

Victor Brombert

Stendhal, roman et liberté

Dans ce livre qui serre de près les textes des grands romans aussi bien que des oeuvres autobiographiques, l’auteur examine les thèmes stendhaliens de la liberté et de la recherche du moi. Grâce à une méthode souple et nuancée, qui évite tout jargon et tout dogmatisme, Victor Brombert aborde de façon neuve divers aspects intimement liés entre eux : la quête de la sincérité, la difficulté de se connaître soi-même, l’identité comme acte de création, l’importance du masque et du déguisement. En cours de route, ce livre sur Stendhal offre de nombreux aperçus sur le lien entre autobiographie et roman.
L’auteur met en lumière les rapports complexes entre le romancier et ses personnages, aussi bien qu’entre le romancier et son lecteur. Il réussit à montrer comment les procédés narratifs et le ton de Stendhal – ton primesautier, irrévérencieux, elliptique, transformant le lecteur en complice – se trouvent à l’origine d’une ironie poétique qui protège, de façon souvent ambivalente, une sensibilité toujours inquiète. Cette ironie caractérise aussi la modernité de Stendhal, dans la mesure où le romancier, à l’encontre des grands romantiques, se méfiait de toute emphase, de toute grandiloquence, de toute inauthenticité. Et au-delà de la quête d’un moi authentique et d’une liberté très personnelle, Victor Brombert examine le grand thème de la prison heureuse qui permet à Stendhal, romantique à sa façon, de jouer avec les paradoxes de la liberté, c’est-à-dire de poser le rapport conflictuel entre la notion de liberté politique et le rêve de liberté privée.

Victor Brombert, éminent stendhalien, est l’auteur de Stendhal et la voie oblique (PUF), de La Prison romantique (José Gorti) et de nombreuses études sur Stendhal parues des deux côtés de l’Atlantique. Il nous donne maintenant Stendhal, roman et liberté, qui est sa propre version, en langue française, de son livre Stendhal: Fiction and the Themes of Freedom (Random House).

Broché
Editeur : Fallois (8 novembre 2007)
Collection : LITTERATURE
Langue : Français
SBN-10: 287706641X
ISBN-13: 978-2877066419

Séminaire Stendhal (Année 2007-2008)

Séminaire Stendhal (Année 2007-2008)

STENDHAL POLITIQUE I : PATRIE ET REVOLUTIONS

Les séances ont lieu à l’Ecole Normale Supérieure (45, rue d’Ulm, 75005 Paris) à 9 h 30.

Samedi 24 novembre 2007
(salle Weil)

– Eric Avocat (Kyoto) : « Stendhal, Népomucène Lemercier, Fabre d’Eglantine : ‘la conspiration de la comédie’ et la comédie de la conspiration »

– Hélène Spengler (Grenoble III) : « Stendhal et la ‘fièvre politique’ : chroniques de la ‘guerre des droits contre les privilèges’ dans l’Europe du congrès de Vienne »

Samedi 2 février 2008
(salle Cavailhès)

– Aude Déruelle (Nice) : « L’agent de l’histoire : Stendhal et l’historiographie libérale »

– Laure Lévêque (Besançon) : « La Cité de Stendhal »

Samedi 7 juin 2008
(salle Cavailhès)

Matinée :
– François Vanoosthuyse (Paris III) : « Stendhal et la littérature libérale italienne »

– Pierre-Yves Quiviger (Paris I) : « Le Sieyès de Stendhal »

– Pierre Karila- Cohen (Rennes) : « La surveillance politique au temps du libéralisme »

– Vincent Denis (Paris I) : « Voyageurs, exilés, réfugiés dans l’Europe de Stendhal »

Après-midi :

– Paule Petitier (Paris VII) : Titre à préciser (sur Stendhal et l’historiographie contemporaine)

– Xavier Bourdenet (Paris) : « Stendhal et l’historiographie libérale : l’histoire comme récit ».

Contact :

xavier.bourdenet@free.fr
fvanoosthuyse@hotmail.com

Stendhal. Manuscrit autographe non signé.

Vente CHRISTIE’S Paris 20 novembre 2007

97. – STENDHAL (Henri Beyle, dit) 1783-1842. Manuscrit autographe non signé.
2 pages et demie in-4 (234 x 180 mm), encre brune. Traces de pliure, infimes rousseurs et bords légèrement jaunis.
INTERESSANT MANUSCRIT RELATANT UNE HISTOIRE GALANTE ENTRE UNE ESPAGNOLE ET UN OFFICIER FRANÇAIS ET QUE STENDHAL DESTINAIT A SON LIVRE DE L’AMOUR.
Selon une note manuscrite jointe, « cet article était destiné au livre De l’Amour et forme le fragment n° 170 (T 2, page 307 de l’édition de 1822). Pourquoi Beyle ne l’a-t-il pas imprimé en 1822 ? C’était bien cependant son intention, puisque par la note placée sur cette composition, il en demandait une copie […] ». En effet, dans l’angle supérieur gauche de la première page, Stendhal a écrit de sa main : « Fato una copia separata di questo foglio, sulla carta bianca ch’io si mando ». Cette note a été signée par Romain Colomb, exécuteur testamentaire de Stendhal, le 11 février 1854.
Ce fragment a effectivement été omis dans l’édition originale de De l’Amour. Il sera publié, avec une très légère variante, dans l’édition donnée par C. Lévy en 1882 (De l’Amour. Seule édition complète augmentée de préfaces et de fragments divers entièrement inédits, p. 297).
« Il y avait à Valence deux amies, femmes très honnêtes et des familles les plus distinguées. L’une d’elle fut courtisée par un officier français qui l’aima avec passion, et au point de manquer la croix après une bataille, en restant dans un cantonnement auprès d’elle au lieu d’aller au Quartier-Général faire la cour au Général-en-chef […] ».
€ 3.000 – 4.000 US $ 4.300 – 5 700 GPB 2 100 – 2 800.