Archive for the 'Textes' Category

Stendhal e Firenze d’Annalisa Bottacin en traduction française

Madame Annalisa BOTTACIN a eu l’amabilité de traduire en français deux chapitres de son livre

Stendhal e Firenze

publié en 2005 par le CIRVI dans la collection Bibliothèque Stendhal avec une préface de Victor Del Litto

Voir l’article http://stendhal.armance.com/?p=203

Nous les proposons ici en consultation au format PDF

Préface de Victor Del Litto

dellittopref.pdf

 La « Cité de Flore »

flore-fr.pdf

Stendhal et Salvagnoli

stendhalsalvagnoli.pdf

 

Les Deux Sœurs, Jérôme Garcin, Gallimard, 2007.

Le personnage-narrateur de Les Sœurs de Prague de Jérôme Garcin a décidé de récrire Armance, le premier roman de Stendhal. Son Octave à lui n’est pas un babilan mais un grand fouteur qui trompe Armance et obtient un poste de ministre de Louis XVIII. À noter que ce narrateur, pour se lancer dans cette entreprise d’un remake de Stendhal, s’autorise du fait que Jacques Laurent a écrit une suite de Lucien Leuwen (sur ce point, il se trompe, Jacques Laurent a écrit La Fin de Lamiel – 10/18, 1965, Bartillat, 1995). Mais l’écriture de cet Armance2 est perturbée par les relations avec une agent littéraire dynamique et sans scrupules venue de Tchécoslovaquie. Dont la sœur débarque à la page 55, d’où le titre.

 

Le projet stendhalien est abandonné au profit d’un récit portant sur la relation mouvementée avec les deux sœurs. Stendhal n’est pourtant pas oublié car le personnage-narrateur (tout comme l’auteur à qui il ressemble beaucoup) lui est très attaché. Henry Brulard lui sert même d’antidépresseur. Il voit en Beyle un inventeur du SMS (« J. vaisa voirla5 »). La page 52 est consacrée au moment où Stendhal s’arrête sur les marches de San Pietro in Montorio : « Il serait bien temps de me connaître. Qu’ai-je été ?, que suis-je en vérité ? Je serais bien embarrassé de le dire. » Question que se pose aussi le narrateur.

 

Le roman est bien mené, enlevé, se lit avec plaisir. A-t-il quelque chose de stendhalien ? Non, et ce n’était sans doute pas le propos de l’auteur. D’abord c’est une œuvre de fiction en « je » (avec proximité auteur-narrateur) et l’on sait que Stendhal n’a jamais écrit de roman de ce type. Surtout, le roman de Garcin colle à l’actualité, évoque de nombreux noms connus (qui ne le seront plus dans vingt ans). Stendhal estimait que c’était un gage de succès immédiat, mais, revers de la médaille, la garantie d’un vieillissement rapide de l’œuvre. Dans leur introduction aux œuvres romanesques (nouvelle édition de la Pléiade), Yves Ansel et Philippe Berthier montrent bien cette préoccupation de Stendhal de faire passer la gloire posthume avant la gloire anthume. Il retravaille soigneusement ses textes pour qu’ils expriment le réel sans y coller. Il ne figure pas,mais transfigure.

Paul Desalmand


Stendhaliens, encore un effort !

Stendhaliens, encore un effort !

 

On aura appris avec peine que la revue L’Année Baudelaire cessait
de paraître. Elle n’a pas survécu à la disparition de son animateur
Claude Pichois, ni surtout à une implacable loi économique : son
éditeur, Champion, a estimé qu’elle était trop peu diffusée pour être
rentable.
L’Année stendhalienne, publiée par le
même éditeur, peut légitimement s’inquiéter. Sa diffusion est d’environ
250 exemplaires, ce qui est trop peu. Le Centre National du Livre, qui
la subventionne, a récemment envisagé de réserver son aide aux revues
dépassant 300 exemplaires… A bon entendeur !
L’Année
stendhalienne
a trop peu d’abonnés. Beaucoup la lisent en
bibliothèque. Mais les bibliothèques, aux moyens toujours plus réduits,
s’abonnent de moins en moins. Il est donc très important de s’abonner
pour soutenir une publication vulnérable. Pour qu’elle survive, il est
nécessaire de battre le rappel : abonnez-vous, abonnez les institutions
auxquelles vous appartenez, abonnez vos amis. Trente-cinq euros, certes,
ce n’est pas rien ; mais franchement, pour Stendhal, est-ce trop ?

Merci
pour lui.

Ph. B

Champion, 3 rue Corneille, 75006 Paris.

champion@honorechampion.com
www.honorechampion.com

Provenance des cahiers du Journal de Stendhal

Provenance des cahiers du Journal de Stendhal

La Bibliothèque municipale de Grenoble, déjà détentrice de la quasi-totalité des manuscrits du Journal de Stendhal disséminés sous différentes cotes, vient de s’enrichir des cahiers provenant des collections Edouard Champion – Pierre Berès.. Comment expliquer que ces manuscrits aient échappé au legs de Stendhal à son ami d’enfance Louis Crozet et, par voie de conséquence, au don fait par Mme veuve Crozet à la bibliothèque en 1861 ? La réponse à cette apparente énigme est apportée, une fois encore, par l’irremplaçable V. Del Litto qui, il y a seize ans, révélait l’existence d’une longue note manuscrite de Romain Colomb décrivant par le menu sept cahiers du Journal qui lui avaient été confiés par Adolphe de Mareste (référence : V. Del Litto, « Les péripéties de quelques autographes de Stendhal – documents inédits ». Stendhal Club N° 128, 15 juillet 1990, p. 391-403 ; recueilli dans Une somme stendhalienne, p. 1741-1752).

Mareste avait récupéré les cahiers parmi d’autres manuscrits venant de Milan (M.v.d.M.) auprès de Luigi Buzzi, l’ami milanais de Stendhal, un an après la mort de ce dernier, en 1843, et au lieu de les remettre à Louis Crozet, leur légitime propriétaire en tant que légataire de l’écrivain grenoblois, les avait oubliés pendant 12 ans dans ses affaires. On sait que Stendhal, en quittant précipitamment Milan en juin 1821, avait laissé sur place ses livres et ses manuscrits à Buzzi (ne pas confondre avec Bucci, de Civitavecchia) et ne s’en était plus soucié après. Colomb, pour qui tout ce qui venait de son cousin était sacré, ne manqua pas, selon une habitude contractée de son métier de chef comptable, de dresser un inventaire détaillé des sept cahiers. C’est cet inventaire qui a été publié par Del Litto en 1990. Il lui avait été confié par Robert d’Illiers, le descendant de Colomb. Or il ne s’est pas retrouvé dans les archives de son fils Bertrand lorsque j’y ai eu accès en 1996, resté, vraisemblablement par négligence, dans les papiers de Del Litto, aujourd’hui envolés à Moncalieri (1). Du moins sa publication dans Stendhal Club rend-elle possible une comparaison du contenu décrit par Colomb avec les cahiers en provenance de la collection Berès.

Après avoir collationné et décrit les cahiers, Colomb ne les restitua pas à son propriétaire légitime (Crozet), mais les rendit à Mareste de qui il les tenait, comme l’atteste une note liminaire : « Manuscrits de Beyle, retrouvés par de Mareste le 22 mars 1855 (ils lui avaient été remis à Milan, en 1843, par M. Buzzi) et qu’il m’a envoyés en communication. – Renvoyés le 30 mars et le 12 avril 1855 avec une lettre ». On notera tout de suite que, des sept cahiers décrits par Colomb, le 5ème , celui contenant la célèbre Consultation pour Banti porte la mention : « Ce cahier appartient à M. Louis Crozet ». Il aurait dû en toute logique revenir à Crozet et se retrouver par la suite dans le dépôt fait par Mme Crozet en 1861 à la bibliothèque de Grenoble. Pourtant, il dut rester chez Colomb et, après sa mort en 1858, échoir à l’une de ses filles, Claire. C’est par cette voie qu’il entra en possession d’Auguste Cordier, puis de Casimir Stryienski (décédé en 1912). Il passa en vente en 1957 et en 1959 et par la suite dans les ventes Sacha Guitry (1974, n° 92) et Col. Daniel Sickles (1989, n° 195). Remis une nouvelle fois en vente le 16 décembre 1993, il fut préempté pour la somme de 110.000 F (sans les frais) par la Bibliothèque de Grenoble.

Mareste conserva les 6 autres cahiers par devers lui jusqu’à sa mort en 1867. A partir de là, on en perd la trace jusqu’à ce qu’ils réapparaissent entre les mains du pasteur Maystre, de Genève, duquel les acheta le libraire Henri Leclerc. C’est de ce dernier que le célèbre collectionneur d’art, de livres et de manuscrits (possesseur, entre autres, du portait de Stendhal par Södermark, aujourd’hui à Versailles), Me P-A. Cheramy, les acquit le 16 mai 1900, avec d’autres manuscrits et de nombreuses lettres de Stendhal (ref. Adolphe Paupe, « Les manuscrits de Stendhal », L’Amateur d’autographes, mai 1912, p. 335-336 ; par la suite dans La vie littéraire de Stendhal , Champion, 1914, p. 71-72).

Après la mort de Cheramy, en 1912, les cahiers passèrent en vente à l’Hôtel Drouot le 23 avril 1913 (ref. Catalogue de sa vente, n° 25 et n° 26). Ils se présentaient alors sous la forme de deux gros volumes reliés en veau fauve, dos ornés et pièces rapportées. Ils furent acquis à cette vente par l’éditeur et collectionneur Edouard Champion. Celui-ci étant décédé en 1938, ses héritiers vendirent sa bibliothèque entière au libraire Pierre Berès, lequel opéra un tri, conserva ce qu’il y avait de plus précieux (dont il revendit une très grande partie dans sa librairie) et donna le reste à la BN. C’est Pierre Berès qui fit relier les cahiers par Pierre-Lucien Martin, dans l’état où ils se présentent aujourd’hui. Des 6 cahiers rachetés des héritiers d’Edouard Champion, Berès n’a pas hésité à en démembrer un, celui contenant les Love Letters, c’est-à-dire les brouillons des lettres d’amour à Métilde, manuscrit autographe de 74 pages in-4 (ref. Bulletin Pierre Berès n° 41, septembre 1961, 90.000 NF) et des pages du Journal de 1819 (ref. Vente Sickles, 18-19 mars 1993, XIII, n° 5551).

Depuis leur publication, qu’on suppose incomplète et fautive, dans le Journal de la grande édition Champion, on en avait perdu toute trace jusqu’à leur réapparition en 2003, dans le cadre de l’exposition organisée par la bibliothèque de Chantilly. Ni Martineau ni Del Litto n’y avaient eu accès pour l’établissement de leur édition du Journal dans la Bibliothèque de la Pléaide. Les cahiers ont été préemptés par la Bibliothèque de Grenoble pour la somme de 800.000 € (937.000 € avec les frais), contre le libraire J-C. Vrain agissant sur ordre, à la vente du cabinet des livres de Pierre Berès le mardi 20 juin 2006.

En résumé : Luigi Buzzi (1821) — Adolphe de Mareste (1843) — Romain Colomb (1855) — Adolphe de Mareste (1855, jusqu’à sa mort en 1867) — X (localisation inconnue pendant une période indéterminée) — le pasteur Maystre, de Genève — le libraire Henri Leclerc — P-A. Cheramy (1900) — Edouard Champion (1913, jusqu’à sa mort en 1938) — Pierre Berès (après 1938) — Bibliothèque de Grenoble (vente Berès, 20 juin 2006).

(1) On ne regrettera jamais assez que la ville de Grenoble, à défaut de s’opposer au testament tardif et suspect de Del Litto, n’ait pas au moins exigé un inventaire de ces papiers avant de les laisser emporter à Moncalieri.

Jacques Houbert

(28 juin 2006)

Exposition Stendhal la révolte et les rêves

Exposition Stendhal la révolte et les rêves

Vaut le détour.

Je me suis assez plaint de l’inaccessibilité — provisoire ou permanente — des hauts lieux stendhaliens de Grenoble, pour ne pas saluer avec un enthousiasme que ne tempère pas la moindre restriction, la beylissime exposition inaugurée le 9 mars dernier à la Bibliothèque municipale de Grenoble, et qui doit durer un an. C’est dire que les stendhaliens de Paris ou d’ailleurs, qu’ils aient ou non un motif de se rendre dans les Alpes, n’ont pas d’excuse pour manquer cette manifestation dont la réussite est à mettre à l’actif de Marie-Françoise Bois-Delatte et Cesaltina Gama, assistées de l’irremplaçable Marie-Thérèse Imbert, chère à tous ceux qui ont eu à travailler sur Stendhal, et de notre ami Gérald Rannaud dont la science beylique jamais en défaut a assuré le conseil scientifique. Non moins beau, un livre-album qui ne se veut pas simple catalogue, mais ouvrage de référence permanent, accompagne l’exposition. Intitulé ‘Stendhal. La révolte et les rêves’ (éd. Glénat), ce véritable livre d’art se distingue tant par l’intérêt et la diversité des textes dus aux meilleurs spécialistes, que par le choix et la qualité de reproduction des illustrations, dont bon nombre en double page garnd format.A s’offrir, ou à se faire offrir d’urgence. (J.H.).

Vente Berès : Chefs-d’oeuvre en péril

VENTE BERES : CHEFS-D’OEUVRE EN PERIL

«Ne vous demandez pas ce que l’Amérique peut faire pour vous; demandez-vous ce que vous pouvez faire pour l’Amérique. » John Fitzgerald Kennedy.

Décembre 2003. Une bombe éclate dans le monde feutré des bibliophiles et des érudits: Pierre Berès, l’un des plus grands et des plus anciens libraires du monde, réputé pour garder jalousement les trésors en sa possession et même à n’en pas révéler l’existence, lève le voile sur 70 parmi les plus belles pièces de sa collection personnelle et accepte de les exposer à la Bibliothèque de Chantilly. Mieux: il consent à ce que des spécialistes agréés par la conservatrice puissent sortir des vitrines et consulter, en dehors des jours d’ouverture, les pièces exposées. C’est ainsi que réapparaissent deux pièces capitales dont on avait complètement perdu la trace: six cahiers autographes du Journal de Stendhal et l’exemplaire dit Royer, abondamment annoté, voire presque récrit en entier pour la première partie, de La Chartreuse de Parme.

Mars 2006. Alors qu’entre temps Berès, aujourd’hui âgé de 93 ans, a décidé de fermer boutique et de liquider le stock de sa librairie de l’avenue de Friedland, des problèmes de succession le conduisent à se séparer de sa collection personnelle. La vente est fixée au 20 juin à l’Hôtel Drouot. Des expositions de prestige sont programmées au Grolier Club de New York et à la Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent à Paris. Un catalogue documenté et luxueusement illustré est en préparation. C’est dire que tout est fait pour que les enchères atteignent des sommets et que grand est le risque que les deux pièces qui nous intéressent, we happy few, partent à l’étranger. Il faut savoir, par exemple, que la Pierpont Morgan Library de New York possède déjà l’exemplaire Chaper de la Chartreuse et se dit intéressée par le Royer. Quant aux cahiers du Journal, plusieurs fondations et institutions américaines peuvent facilement, grâce aux moyens financiers dont elles disposent, en envisager l’acquisition. A ce jour, les estimations données par l’expert de la vente se situent à:

•de 500 à 700.000 € pour La Chartreuse
•de 700 à 900.000 € pour le Journal.

Or, il se trouve que la collection Berès ne comprend pas que du Stendhal mais bien d’autres pièces d’auteurs d’importance comparable et de valeur pécuniaire analogue. Aussi la concurrence s’annonce-t-elle rude. Rien que la BnF pourrait se montrer intéressée par une quinzaine de pièces. Il faut donc concentrer nos efforts sur le principal.

Le principal est le Journal. Pourquoi? Parce que la Chartreuse Royer, quel qu’en soit l’intérêt, est bien connu des stendhaliens. Louis Royer, chartiste de formation, conservateur en chef de la Bibliothèque de Grenoble dans l’entre-deux guerres, avait pris soin de relever minutieusement les moindres annotations et d’en publier les plus importantes dès 1935 ; celles qu’il n’avait pas jugé utile de publier l’ont été par Victor Del Litto en 1966. Aujourd’hui l’établissement d’une édition critique de la Chartreuse est donc parfaitement envisageable sans avoir à tenir en main l’original de l’exemplaire en vente, puisque nous avons la transcription Royer conservée à Grenoble.

Pour le Journal , les choses sont tout à fait différentes. Depuis la publication, dans les années 1920-1930, de l’édition Debraye-Royer dans la grande collection Champion, ni Henri Martineau ni Victor Del Litto, ni aucun autre chercheur, n’a eu accès au manuscrit autographe des cahiers en vente. Or, on sait que l’édition Champion est loin d’être toujours impeccable, et même complète. En outre, ce sont les seuls morceaux du Journal de Stendhal qui manquent à la Bibliothèque de Grenoble. L’intérêt de ces pages réside dans le fait qu’elles touchent à des périodes cruciales de la vie professionnelle et sentimentale de Stendhal (séjour à Marseille en 1805, partie du journal de Brunswick, nomination au Conseil d’Etat, récit de la fameuse bataille among the amiable seats (sic) of Montmorency vallée », rupture avec Angela Pietragrua, etc).

Les stendhaliens que nous sommes doivent tout mettre en oeuvre pour qu’au moins ce manuscrit ne sorte pas de France, et dans le meilleur des cas puisse être préempté par l’Etat pour la Bibliothèque de Grenoble. Pour ce faire, il faut que le Ministère de la Culture le déclare «trésor national », de ce fait non exportable. Deux conséquences: (1) le prix s’en ressent, les enchérisseurs étrangers renonçant à acheter; (2) le manuscrit reste en France et l’Etat dispose de deux ans pour l’acheter. Mais idéalement, il faudrait pouvoir obtenir les crédits nécessaires pour acheter immédiatement (une part — le cinquième environ — de la Ville de Grenoble, une part de la Région Rhone-Alpes, le reste du Fonds du patrimoine). Battons le rappel auprès de nos élus, auprès de nos relations. L’été dernier, la France, pour une fois unie, s’est mobilisée pour conserver Danone dans le giron de l’hexagone (si tant est que l’hexagone ait un giron). STENDHAL VAUT BIEN DES YAOURTS. Amis, levons-nous tous, non pas pour Danette, mais pour les cahiers du Journal.

Jacques Houbert

Disparition de Pier Giovanni Permoli

Disparition de Pier Giovanni Permoli

DISPARITION

L’historien et journaliste italien, Pier Giovanni Permoli est mort d’une crise cardiaque à Florence, le 25 novembre 2005. Il était âgé de 75 ans. Elève de l’historien et homme politique M. Giovanni Spadolini, il avait suivi les pas de son maître devenant spécialiste du Risorgimento italien. Universitaire, auteur de divers ouvrages, M. Permoli avait finement analysé le rôle de Stendhal face au Risorgimento italien, aussi bien que ses rapports avec le Cabinet Vieusseux de Florence et certains intellectuels italiens, et entre autres le rôle joué par l’avocat Vincenzo Salvagnoli. Passionné de cinéma, il laisse des livres consacrés au cinéma français d’après-guerre. Il était le responsable de la page culturelle de « La Voce Repubblicana » de Rome et il avait récemment fondé à Florence une revue de littérature et d’art: « Il Portolano » (dont je faisais partie du comité de direction), qui a publié aussi plusieurs études sur Stendhal et l’Italie.

Annalisa Bottacin