Stendhal et les « valeurs républicaines »

STENDHAL ET LES « VALEURS RÉPUBLICAINES  »
Colloque organisé par Stendhal Aujourd’hui
Avec la collaboration de HB  Revue internationale d’études stendhaliennes

Université Paris-Sorbonne-Paris IV,  24 et 25 mars 2017
Maison de la  Recherche  
28, rue Serpente, 75006 Paris

Vendredi 24 mars, salle D 323

9h30 Accueil et ouverture de la première journée

Amour, famille et valeurs républicaines dans Le Rouge et le Noir
par Méké Méité

Stendhal et les affinités républicaines dans Lucien Leuwen
par Salsabil Gouider

Habitus nobiliaire et valeurs républicaines
par Olivier Tonnerre

12h-14h Déjeuner

La dissidence de Stendhal avec le crédo libéral : Beyle critique de Benjamin Constant
par Patrick Attali

Murat et le Sud italien : aristos à la lanterne ou nouvelles monarchies à la française ?
par Andrée Mansau

Le stendhalisme est-il une forme de marxisme libéral ?
par Serge Linkès

15h30-16h Pause

La république idéale selon Stendhal, dans La Chartreuse de Parme
par Thierry Ozwald

La notion d’égalité chez Balzac et Stendhal
par Max Andréoli

Samedi 25 mars, salle D 323

9h30 Accueil et ouverture de la deuxième journée

Statues et vertus antiques ou la théâtralité du beau moderne : le bien public dans l’Histoire de la peinture en Italie
par Encarnación Medina Arjona

Les « partis contraires » : le républicain et l’aristocrate
par Pascale Mc Garry

Opéra et démocratie
par Béatrice Didier

12h-14h Déjeuner

Stendhal lecteur de Montesquieu à Rome
par Letizia Norci Cagiano de Azevedo

Dépendance, valorisation et concurrence. L’inversion des valeurs républicaines par l’argent
par Lydia Bauer

Le soldat républicain
par Michel Crouzet

Philippe Abelin, Les Nœuds romanesques chez Stendhal. Empathie et manipulation

Philippe Abelin

Les Nœuds romanesques chez Stendhal. Empathie et manipulation

9782343068527f

Préface de Philippe Berthier.
Paris : L’Harmattan, coll. « Critiques littéraires », 2017.

http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=52607

Broché février 2017 448 pages

Prix éditeur
35 € 33,25 €ISBN : 978-2-343-06852-7

Version numérique
27,99 €
EAN PDF : 9782140028540

Si Friedrich Nietzsche a reconnu en Stendhal « le dernier grand psychologue de la France », on ne s’étonnera pas que celui-ci, en qualité de romancier, ait accordé toute son attention à ce qu’on dénommera ici les noeuds romanesques, facteurs de développement et de dynamisme des intrigues. Dans ce contexte, les concepts d’empathie et de manipulation jouent tout leur rôle, les relations intersubjectives comprenant, à des degrés divers, efforts d’empathie et démarches de manipulation. De tous les cas de figures, l’oeuvre stendhalienne fournit des exemples dont cet ouvrage livre l’analyse détaillée.

Stendhal, suite et fins. Continuité narrative et continuation romanesque Séminaire de Marc Escola, Université de Lausanne

Du 22 février 2017 au 31 mai 2017
Université de Lausanne, Anthropole 5125
Stendhal, suite et fins. Continuité narrative et continuation romanesque
Séminaire de Marc Escola, Université de Lausanne
Mercredi 13h15-15h, Anthropole 5125

https://applicationspub.unil.ch/interpub/noauth/php/Ud/ficheCours.php?v_enstyid=62077&v_langue=fr

Si « on entre en Stendhalie comme on pousse la porte d’une maison de campagne » (J. Gracq), on se propose ici de passer par la cour de derrière pour surprendre le romancier au travail et peut-être au moment du découragement : on s’essaiera à analyser, de part et d’autre du chef-d’œuvre achevé (La Chartreuse de Parme) et concurremment à une nouvelle dénouée (Mina de Vanghel), trois romans « abandonnés » (Le Rose et le Vert, Féder et Lamiel), qui témoignent des hésitations et repentirs du créateur, pour réfléchir sur l’achèvement et le principe même de la continuité narrative et de la continuation romanesque. Ce séminaire de poétique fera une place au dossier génétique, tel que les éditions modernes le propose, de deux des œuvres retenues au moins (Le Rose et le Vert, Lamiel).
Invitée : Marie Parmentier (Université de Poitiers), 22 mars : « Plans du romancier, ‘‘plans de conduite’’ des personnages : parasitages ».
Œuvres au programme :
Féder (Folio)
Le Rose et le Vert, Mina de Vanghel, éd. J.-J. Labla (GF-Flammarion)
Lamiel, éd. A.-M. Meininger (Folio), dont « Journal de Lamiel ».

Lectures complémentaires :
Tamira Wanghen dans Le Rose et le Vert, Mina Vanghel, éd. J.-J. Labla (GF-Flammarion)
Romans abandonnés, éd. M. Crouzet (10/18).
- Le Rose et le Vert, Mina de Vanghel et autres nouvelles, éd. V. Del Litto (Folio).
– J. Laurent, La Fin de Lamiel, Juillard, 1966.

Bibliographie Stendhalienne Ventes 2016 (Format pdf)

Monsieur Jacques Houbert a enrichi la Bibliographie 2016 du site Stendhal d’une très complète rubrique “ Bibliographie Stendhalienne Ventes 2016” (Format pdf) répertoriant de façon très précise l’ensemble des ouvrages ou manuscrits passés en vente dont il a eu connaissance au cours de l’année 2016.

Stendhal Il laboratorio di sé. Corrispondenza

Stendhal

Il laboratorio di sé.

Corrispondenza

t. 1 1800-1806, t. 2 1807-1812, t. 3 1813-1821, V. Sorbello éd., Rome, Aragno, 2016

http://www.ninoaragnoeditore.it/index.php?mod=COLLANE&id_collana=23&op=visualizza_libro&id_opera=795

 

H. de Jacquelot, « Stendhal e l’energia dei briganti »

H. de Jacquelot, « Stendhal e l’energia dei briganti », in /I briganti del Lazio e l’immaginario romantico/, Francesca e Vincenzo Di Caprio eds., Istituto Nazionale di Studi Romani, Città di Castello, Luoghi interiori, 2016, p. 151-162

Stendhal et l’éros romantique (Réédition)

STENDHAL ET L’ÉROS ROMANTIQUE
Tradition  et Modernité
Paris, Eurédit, 2016, 249 p.
Collection HB n° 3

Réédition des actes du colloque des 27 et 28 mars 2009 (dossier publié dans HB Revue internationale d’études stendhaliennes, n° 13-14 / 2009-2010)

Avec les contributions de
Kajsa Andersson, Michel Brix, Suzel Esquier, Françoise Guinoiseau, Patrick Labarthe, Liliane Lascoux, Serge Linkès, Andrée Mansau, Laurent Marty, Thierry Ozwald, Pierrette Pavet, Nicolas Perot, Marthe Peyrous, Alexandra Pion, Isabelle Pitteloud, Elena Saprikina, Nobuhiro Takaki, Romain Vignest.

L’Année Stendhalienne 15

L’Année Stendhalienne 15

PARIS 
HONORÉ CHAMPION ÉDITEUR

2016

444p. 60 euros

www.honorechampion.com

Table des matières
STENDHAL’S MANY LIVES
Antoine GUIBAL :Avant-propos
Philippe BERTHIER :Phares
Philippe ROGER : Vies majuscules, vies minuscules
David F. BELL : Les « Vies » de Stendhal, ou comment écrire une biographie pour devenir romancier ?
Jacques NEEFS : Ecrire de soi comme d’un autre, lire d’un autre comme de soi
STENDHAL EN MOUVEMENT
Philippe BERTHIER :Présentation
Nicolas COCHARD : Stendhal dans les ports : regard d’historien
Yves ANSEL: Voyages,voyages…
Serge LINKÈS : Pour une poétique touristique : Stendhal  et la mise en récit du voyage
Laure LÉVÊQUE : L’échappée Beyle. Du paysage au pays : les « voyages en France » à l’appui d’une reterritorialisation
Antoine GUIBAL : Rossini en mouvements
Béatrice DIDIER : « Le mouvement fait tout pour l’expression »
Lydia BAUER : Les Affinités électives : flux et reflux de la sympathie chez Rousseau, Goethe et Stendhal
Marie-Rose CORREDOR : La Chartreuse de Parme :  « feuilletages » du temps
Philippe BERTHIER : Mobile/ stabile : la cinétique paradoxale des Journaux et papiers
Nicolas ALLARD : Anecdotes mouvantes et mouvances des anecdotes
Karin GUNDERSEN : Les déclencheurs du voyage dans le temps chez Stendhal autobiographe
Fabienne BERCEGOL : Au détour du récit : les parenthèses dans la Vie de Henry Brulard
Xavier BOURDENET : « De premier mouvement ». Sentiment et mouvement chez Stendhal
Brigitte DIAZ: Passages de Stendhal
VARIA
Maxime TRIQUENAUX : L’ »illustre et vaste corporation à laquelle j’ai l’honneur d’appartenir ». Rapports de genre et masculinités dans la première partie du Rouge et le Noir
Susanne MILDNER-ARDISSON : Mina et Féder : des « amoureux à la Werther » revus par Stendhal
NOTES ET DOCUMENTS
François BRONNER : Une note inédite de Stendhal en anglais
Saverio ALMINI : Deux lettres inédites de Stendhal au marquis Giacomo Ricci
Jean-Luc BUSSET : Stendhal aux prises avec un argument contre l’épicurisme
—: Une tradition satirique: le savant en us
— : H. Martineau, La Chartreuse (ch. VI), Chamfort
Paul DESALMAND : Le syndrome de Stendhal, Proust, Dostoïevski, Onfray
CARNET CRITIQUE
Christof WEIAND, Maria SCOTT, Béatrice DIDIER,
Hélène de JACQUELOT,Philippe BERTHIER

Mostra « La grande arte di essere felici: Stendhal, Milano, la bellezza »

Mostra

« La grande arte di essere felici: Stendhal, Milano, la bellezza »

dal 12.9.2016 al 31.10.2016

presso la Biblioteca Comunale Centrale di Milano

http://www.partecipami.it/calendar/event/1/5397

Stendhal et les « valeurs républicaines » Colloque international

STENDHAL AUJOURD’HUI
HB  Revue internationale d’études stendhaliennes
COLLOQUE INTERNATIONAL
24 et 25 mars 2017

Université Paris-Sorbonne-Paris IV
Maison de la Recherche de Paris-Sorbonne
28, rue Serpente, 75006 Paris

STENDHAL ET LES « VALEURS RÉPUBLICAINES »

Appel à communication

Comme le mot d’ordre du moment est au rassemblement autour des « valeurs républicaines », ce colloque propose un retour à Stendhal politique, historien et sociologue, plus précisément au   « républicain virtuel » doutant de l’idéalisme républicain dans lequel il voit un moralisme qui prétend  « repétrir » les Français. Ses goûts et ses préjugés aristocratiques n’ont pas empêché le « libéral » qu’il était de se réjouir de l’égalité de tous les citoyens – il voulait le bonheur du peuple mais disait en même temps ne pas pouvoir le supporter  ̶  et de réfléchir aux éléments du bonheur social dans la France révolutionnée. Il sait que la République n’est pas libérale, par   trop ascétique ou morose à son goût, et que la liberté politique ne va pas sans contraintes. Au premier rang des « valeurs républicaines », il place la liberté qui suppose un effort sur soi, sans exclure l’affirmation d’un moi singulier constamment revendiquée. Contrairement à l’idéologie industrialiste, ces valeurs devraient permettre d’échapper à l’emprise de l’argent et à la généralisation de l’égoïsme moderne auquel se réduit l’idéal bourgeois.
Persuadé que le régime démocratique est le meilleur puisqu’il assure le « bonheur du plus grand nombre », Stendhal lecteur de Montesquieu (« l’amour de la démocratie est celui de l’égalité ») médite l’exemple américain plutôt désespérant et s’interroge sur les conditions et les modalités d’une vraie vie démocratique : la liberté, mais à quel prix ? comment vivre ensemble et échapper à la tyrannie de la démocratie qui égalise les hommes, à « l’effet de l’idée nivelante » qui réduit le plaisir à la loi ? Qu’en est-il  alors du bonheur individuel, de la vie selon le cœur ?
Dans sa carrière de penseur et de romancier, on évoquera sa mise en question de l’homme moderne,  sa conception de l’exercice de la volonté générale, en quoi il se distingue de libéraux comme Constant et Tocqueville, et sa lucidité face à « la grande machine de la civilisation » qui assurerait la liberté politique mais supprimerait la passion.

Propositions de communication à adresser par courriel
avant le 9 janvier 2017, à :

Michel Crouzet          : mj.crouzet@wanadoo.fr
Michel Arrous            : michel.arrous@gmail.com
ou Didier Philippot    : philippot.didier@wanadoo.fr